Solutions à l’industrie papetière

La déforestation est le phénomène de régression des surfaces couvertes de forêt. On déboise, on défriche pour étendre les terres agricoles, pour exploiter les ressources minières du sous-sol, pour urbaniser, et puis on exploite de façon excessive ou anarchique certaines essences forestières.

Voici la définition que donne notre fameuse encyclopédie du Web, Wikipédia.

De nombreuses causes à la déforestation sont recensées, en voici quelques-unes :

  • La conversion des forêts en terres agricoles, afin de nourrir la population mondiale grandissante en mettant en place de très grandes exploitations orientées vers l’exportation, notamment pour l’alimentation animale – soja – ou pour la production d’agro-carburants (palmiers à huile, canne à sucre…).
  • Le reboisement constitué de monocultures d’arbres à croissance rapide, comme les palmiers à huile en Indonésie et Malaisie. La production d’huile de palme, étant très utilisée par les fabricants d’agro-carburants et par les grands groupes de l’industrie agro-alimentaire. Au Brésil, on cultive des eucalyptus pour la production de pâte à papier bon marché. Ces nouvelles plantations ne peuvent pas assurer les mêmes fonctions sociales et environnementales que les forêts naturelles qu’elles remplacent.
  • L’urbanisation ou aménagement du territoire : la construction de bâtiments, le développement des infrastructures…

– La surexploitation ou l’exploitation illégale du bois.

  • La gestion non durable des forêts. Dans de nombreux pays, la forêt est exploitée sans chercher à préserver ni à reconstituer la ressource. Une portion entière de forêt peut ainsi être détruite pour atteindre et exploiter une zone où se trouvent des arbres de valeur.
  • La surexploitation des forêts autour des grandes agglomérations pour l’approvisionnement en bois de chauffage

Dans le monde, près de 5000 m² de forêt primaire disparaissent chaque seconde. On considère à ce jour que 80% de ces forêts ont disparu sur la planète sous les coups de l’activité humaine. L’industrie papetière a également sa part dans ce bilan. Même si elle n’est pas la part principale (dans le monde, 1 arbre abattu sur 5 est consommé par l’industrie papetière) nous pouvons nous y attarder quelque peu.

L’arrivée du numérique aurait dû sonner le glas du papier sur nos bureaux, du moins c’est ce que la logique laissait penser. Pourtant depuis 1950, la consommation de papier a été multipliée par 10 en France !

Chaque employé de bureau consomme en moyenne 70 kg de papier par an.

La majeure partie du papier est produite par la transformation du bois en pâte. Il faut 2 à 3 tonnes de bois pour fabriquer une tonne de papier classique (Source GreenPeace). 250 000 hectares de forêt tropicale disparaissent chaque semaine à travers le monde, cela représente 25 fois la superficie de Paris.

Récemment, les agissements de l’AAP (Asian Pulp and Paper), le plus gros fabricant de pâte à papier d’Indonésie, ont été dénoncées par l’AACC (Association des Agences Conseil en Communication) qui propose, via sa commission de développement durable, de :

  • Créer des outils de traçabilité sur l’origine des pâtes à papier
  • Créer une liste noire des entreprises qui ne respectent pas les règles d’usages
  • Une évolution des écolabels basée sur des critères indiscutables

Le chlore a longtemps été utilisé par l’industrie papetière comme principal agent de blanchiment, or les rejets de chlore élémentaire sont très polluants. Afin de réduire cette pollution, de nouvelles techniques plus respectueuses de l’environnement ont vu le jour :

le blanchiment sans chlore : aucune utilisation de chlore gazeux (papier TCF : Totaly Chlorine Free).

le blanchiment sans chlore élémentaire : la pâte à papier est blanchie à l’aide de dérivés du chlore (dioxyde de chlore, l’ozone ou le peroxyde d’hydrogène) (papier ECF : Elementary Chlorine Free).

Certes, quelques tentatives de solutions sont peu à peu mises en place pour atteindre une gestion écoresponsable. Mais elles restent hélas peu nombreuses et ont un impact faible à l’heure actuelle.

On peut donc se demander quelle pourrait être la solution pour accélérer ce processus de gestion réfléchie, d’économie des ressources, de conservations des matières primaires de notre si belle planète ?

Cela amène une autre question : et si le papier était fabriqué à partir d’une autre ressource, un matériau plus durable, plus facilement cultivable et renouvelable, qui ne nécessite pas de décimer les forêts de notre Terre Mère…. Qui n’ait pas autant d’impact sur l’environnement ?

Houra ! Cette ressource existe. Il s’agit du chanvre. Ce n’est pas une idée nouvelle, avant 1883, plus de 70 % du papier était réalisé à partir de fibres de chanvre. Mais les besoins de l’économie en terme de profit ont imposé de nombreuses taxes sur cette plante (jusqu’à l’interdire dans certains pays) afin de développer davantage d’autres commerces générateurs de plus gros bénéfices, tels que le coton, le cuivre, etc.

En effet cette plante a de nombreuses vertus : résistance, facilité de récolte et de recyclage et bien entendu d’excellentes propriétés médicinales.

Elle possède aussi la biomasse la plus rapide de la nature.

Avec le chanvre, il est possible de produire quatre fois plus de papier qu’avec le bois, et à surface égale ! avec en plus la spécificité d’un papier naturellement blanc qui résiste aux siècles. En effet, le chanvre a directement contribué à la sauvegarde du patrimoine culturel mondial car tous les supports des tableaux de maîtres, de Titien à Picasso étaient en chanvre, ainsi que le papier des livres anciens (la Bible de Gutemberg est toujours en bon état 600 ans après !).

De plus le charbon de chanvre éviterait les pluies acides et les rejets de souffre. Le papier peut donc servir pour l’imprimerie, en papiers fins et spéciaux, en papier filtre technique, en papier journal, carton et emballage.*

Dans un monde à fonctionnement éco-solidaire, nous avons là une merveilleuse solution pour réduire une partie de la déforestation.

*l’article portant sur la déforestation, je n’aborde que la partie « papier », le chanvre sert aussi à fabriquer des vêtements et c’est un excellent isolant pour la maison !

Commenter cette astuce ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :